vendredi 10 mars 2017

La jeunesse appelée à persévérer dans ses projets



Emergence et leadership

C’est le contenu  d’une conférence  qui a réunie en son sein, les étudiants et les acteurs du milieu professionnel le 03 février dernier à Douala.

« Etre leader, c’est assumer ses choix », déclare Martial Bissog dans son propos liminaire. Pour l’ancien journaliste devenu homme politique, le choix d’une activité doit en premier être le fruit de la volonté. Dans son intervention qui portait sur le leadership jeune comme facteur de développement au Cameroun, il a tenu à faire la nuance entre un expert et un intellectuel. « Un expert est une personne excellente dans un domaine, qui est aussitôt coptée par une entreprise, dans laquelle elle est programmée à une tâche bien définie. Pourtant un intellectuel est celui qui cultive les idées », a-t-il précisé. « Le jeune dans le but d’être complet doit allier expertise et créativité », a-t-on appris de l’homme politique. Une intervention fortement ovationnée par le public qui reprenait en cœur « prési, prési,prési ».
Mais le premier vecteur de l’ascension professionnelle et de l’insertion sociale, c’est la jeunesse. Celle-ci devrait saisir toutes les opportunités et surtout de prendre des risques. Ceci passe par les concepts mis sur pied par le gouvernement, tels que le programme national d’alphabétisation(Pna), les centres multifonctionnels, le Pajer-U. Malgré la multitude de concepts, la tâche est encore difficile. Dans son intervention sur l’ascension sociale des jeunes au Cameroun, Paul Mahel explique les raisons de cette difficulté. Parmi les raisons évoquées par le directeur Afrique de la chaine de télévision Voxafrica, on retrouve la qualité de la formation inadaptée à l’emploi, la saturation du marché, la corruption et le clientélisme, le tribalisme. Dans son intervention, l’ancien rédacteur en chef de Canal 2 internationale a par ailleurs défini le jeune comme toute personne comprise entre 18 et 35 ans. Aussi a-t-il invité les jeunes à travailler et surtout à persévérer afin de construire.
Un aspect sur lequel a insisté Abel Elimbi Lobe. L’ancien cadre du Sdf  précise que la construction est un processus d’élaboration. Dans une intervention de près d’une quarantaine de  minute, l’homme politique a énuméré une panoplie d’exemple pour illustrer ses arguments. « Ahmadou Ahidjo que la plupart d’entre vous a connu dans les écrits, a été président de l’Atcam ancêtre de l’assemblée nationale à 24 ans. Il est devenu président de la république à 39ans », a-t-il ajouté. Des interventions bien perçues par l’ensemble du public présent.
L’implication des partenaires
Juste après l’intervention des panélistes, une fleur a été faite à un opérateur de téléphonie mobile, présent dans la salle. Cette  transition improvisée a surpris plus d’un dans salle, ce qui a été à l’origine d’un tôlé. Par la suite une bonne du public a quitté la salle.  Pendant près d’une dizaine de minutes ce partenaire présent par la voie de son communicateur, a présenté les offres de son entreprise, ainsi que ses différents forfaits. En invitant le public à faire un tour dans leur stand présent à l’extérieur de la salle. Ceci afin de découvrir les différentes promotions qui s’y trouvent.


Ladite conférence qui  avait pour thème « leadership et opportunités pour construire son émergence socioprofessionnelle », a été organisée par l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée à l’amphi 700 du campus B. Cet entretien marquait le lancement officiel des journées portes ouvertes dans cet établissement.

                                                                                   Renaud INANG BILONG
                                

                                                                 
                                                                        Paul Mahel & Elimbi Lobe

Du miel dans le recyclage des matières plastiques




Douala

Cette activité génère des bénéfices de l’ordre de 35 à 50. 000 Francs Cfa, à l’issue  d’une livraison.

Kotto est un artisan recycleur. Il a bénéficié d’une formation en recyclage des matières plastiques, initiée  par la communauté urbaine de Douala (Cud), dans le cadre du projet Isdera, en partenariat avec l’Union Européenne(UE). Le recyclage des matières plastiques est une activité qu’il pratique au quotidien. Cela fait près de quinze ans qu’il y est. L’activité consiste  d’abord en l’achat des objets plastiques préalablement dégradés, puis en leur écoulement sur le marché. 
L’entrepôt dans lequel il mène son activité, est  situé à proximité du centre de traitement des déchets, près du 21e régiment  du génie militaire de pk 10.  Les alentours de cet espace sont  envahis  par les objets plastiques. Pouvant provoquer une pollution visuelle, chez les profanes.  On y trouve de vieux seaux, des bassines cassées, des bidons usés, des  sandales, semelles de chaussures et bottes de pluie usées, tiges de ventilateurs  attachés dans des tissus. A l’intérieur, des piles d’objets ont occupé la moitié de la cour.
 Sur place en compagnie de son collègue, Kotto achète la marchandise en fonction de la quantité et la qualité. « Les produits sont divers. On distingue par exemple les produits en poly éthylène (Pe), les produits en poly éthylène téréphtalate (Pet) et ceux en poly chlorure de vinyle (Pvc).  Les  prix varient  en fonction de la qualité. Pour les deux premières qualités, le kilogramme est vendu à 100 Francs Cfa. Tandis que pour la troisième qualité, le prix d’un kilogramme est de 50 Francs Cfa », précise notre interlocuteur.  Selon l’artisan, le ravitaillement se fait auprès de diverses personnes. « Il y a des personnes l’intérieur de la décharge qui trient les ordures et viennent me vendre des objets en plastique. A côté, d’autres personnes qui ont aussi le stock me proposent souvent et j’achète », explique l’artisan. A longueur de journée, il peut recevoir près de deux cent kilogramme de marchandises.
Les clients qui se ravitaillent dans cet  entrepôt sont des entreprises, exerçant dans le recyclage des objets plastiques. Les objets recyclés servent de matière première, pour la fabrication de nouveaux articles. « Nous vendons nos marchandises, aux entreprises, qui les prennent pour fabriquer de nouveaux objets », ajoute kotto. A en croire cet artisan, la marchandise est vendue en tonne. « Quand nous estimons que le grammage est atteint, le patron contacte les clients, qui envoient les camions. Après le chargement, nous allons vérifier sur le  pont- bascule. Le prix d’une tonne va de 100 à 150.000 Francs Cfa », a-t-il poursuivi. A la suite d’une livraison, les bénéfices réalisés sont de l’ordre de 35 à 50.000 Francs Cfa. Dans l’exercice de cette activité, ces  artisans font face à certaines difficultés. « On nous traite parfois  de receleurs, certaines personnes viennent souvent réclamer leurs objets », déplore l’artisan. Malgré  les difficultés, il dit  trouver  son compte et survient aux besoins de sa famille.

Renaud INANG


jeudi 22 mars 2012

Vouex au PDG: Un MOMENT FORT


 Discours Bilan de l'Inspecteur Général des Services: Sa Majesté SILLA Jean Claude

Monsieur le Président Directeur Général,
Monsieur le Conseiller Technique,
Mesdames et Messieurs les Directeurs Centraux,
Monsieur le Directeur de l’Ecole Supérieure de Gestion,
Monsieur le Directeur par Intérim de l’Institut Supérieur des Technologies Avancées,
Madame et Monsieur Les Directeurs Adjoints,
Mesdames  et Messieurs les Chefs de Département et leurs assistants
Madame la Coordonnatrice de l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Service,
Monsieur le Coordonnateur des Activités Sportives
Très Chers Collègues du Cabinet ACF
Mesdames et Messieurs les Enseignants,
Très Chers Invités,
Très Chers Collègues,


Mesdames, Messieurs,

L’édition 2011 de la présentation des vœux, celle de l’année dernière, survenait déjà dans un contexte nouveau, marqué par d’importants changements dans l’organisation et le fonctionnement de nos institutions, avec notamment  la responsabilisation  croissante et continue du personnel et une délégation plus étendue et plus concrète des pouvoirs. Ces dispositions alors nouvelles, prises en termes d’attribution des rôles, traduisaient déjà le souci qu’avait le Président Directeur Général,  non seulement de moderniser nos structures de fonctionnement, mais aussi d’impliquer davantage le personnel aux décisions et à la vie de notre entreprise.

Cette année 2012, après le traditionnel repas de fin d’année offert à tous les personnels de notre communauté par le PDG en décembre dernier au majestueux hall du Campus A, nous voici de nouveau, et cette fois, réuni ici dans cet imposant amphithéâtre 700.

Hier c’était la communauté du Complexe universitaire ESG-ISTA qui se retrouvait autour de son patron. Aujourd’hui, il s’agit de l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée, statut auquel nos établissements (ESG-ISTA-ISA), ont été promus par le Ministre de l’Enseignement Supérieur en reconnaissance des efforts consentis et des résultats enregistrés.

En ce jour mémorable du 16 mars 2012, il m’échoit une fois de plus, l’insigne honneur de prendre la parole dans cet amphithéâtre et en présence de ce parterre de distinguées et respectables personnalités, pour, au nom de toutes nos institutions et de tous les corps constitués pour la circonstance, présenter les Vœux de nouvel an à Monsieur le Président Directeur général, de l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée, Monsieur Louis Marie DJAMBOU.

Mesurant le privilège exceptionnel que constitue pour moi cette tache exaltante à plus d’un titre, j’espère être à la hauteur de l’immense confiance que vous mes collègues me faites ainsi à cette occasion solennelle.

Excellence Monsieur le Président Directeur Général,

Mesdames et Messieurs,

Le crépuscule d’une année qui passe et l’aube d'une nouvelle année dans un cycle qui dans les temps d’aujourd’hui devient de plus en plus bref, rappelle à chacun de nous que sur cette terre que nous foulons, nous ne sommes que de passage. Et en plus, chaque année qui s'achève nous emporte des êtres chers.

Le destin c’est vrai, ne nous a pas toujours épargnés. Dans son impertinente arrogance et sa fureur dévastatrice, la mort n’aura eu d’égard ni pour la jeunesse, ni pour la sagesse, touchant ainsi dans la fine fleur de notre communauté.
Tour à tour, elle aura encore emportée:
-      Monsieur DIMOUKA Emmanuel : appelé à juste titre par les étudiants et les collègues « Grand prof », il nous a quitté alors qu’il était dans la phase la plus intense, la plus productive et la plus lumineuse de sa carrière. Puissions-nous tirer vie et force de l’immense héritage qu’il  nous laisse comme trace de sa vie et de son passage sur terre.

-      Monsieur  MOUAHA,  s’en est allé comme un gladiateur dans l’arène, les armes à la main devant les clameurs de ses étudiants éplorés et meurtri par la douleur.


-      Monsieur  DJAMEN NGOUNDJOU, parti aussi discrètement qu’il était arrivé

-      Et bien d’autres enseignants, étudiants et divers membres de nos familles respectives qui étaient tous étroitement liés à notre communauté.


En ultime hommage à tous ces valeureux coéquipiers du dur labeur, morts à coté de nous sur le champ de bataille, je vous invite, très respectueusement, à bien vouloir vous lever et à observer une minute de silence.

Monsieur le Président Directeur Général,

Mesdames et Messieurs,
Il est de tradition, qu’à l’occasion de cérémonie de cette nature, il soit fait un  bilan des activités de l’année écoulée, et le dessin des contours de l’année qui commence. Je ne dérogerai point à cette tradition.
En terme de bilan donc, un coup d’œil rétrospectif nous permet de nous arrêter sur quelques faits saillants :
Dans le domaine de l’administration pure et des infrastructures


En 2010 c’est-à-dire l’année surpassée, le Campus C flambant neuf, avait permis à notre infatigable bâtisseur, celui qu’on ne présente plus, le bâtisseur de la première université bilingue privée de notre cher et beau pays le Cameroun,  de compléter, avec les Campus A et B, un parc infrastructurel pouvant répondre à la croissance constante des effectifs, dans le strict respect des normes en vigueur en matière de confort et d’ergonomie. Dans le même ordre d’idée, le cadre de travail des employés s’était amélioré de façon significative avec entre autre  l’installation des climatiseurs, non seulement dans les salles de classe, mais aussi dans des bureaux, et le remplacement progressif du mobilier inadapté par un mobilier plus beau et plus confortable. Un effort particulier avait été fait cette année-là pour les étudiants, avec l’acquisition des minibus et bus de dernière génération.

2011 quant à elle, et on peut le dire sans ambages et sans nécessairement vouloir s’accrocher à un effet de mode, a été l’année ou toutes les grandes ambitions affichées depuis toujours par le PDG, avec le concours de toutes les parties prenantes, sont rentrés définitivement dans la phase des grandes réalisations.
-      S’agissant des infrastructures,
2011          a été l’année de l’achèvement du Campus C. Mais surtout, l’année du début de l’opération de relookage complet de tous les campus, qui donne à notre institution une si exquise et une si fière allure, confirmant que les nombreuses réunions administratives et les multiples consultations d’expert qui nous ont poussé a allé chercher en Espagne une peinture spéciale,  n’étaient pas vaines. 

C’est également l’année dernière qu’a été réalisé le deuxième branchement électrique MTBT de notre histoire et qu’a été bouclé le projet d’acquisition d’un deuxième groupe électrogène, qui aujourd’hui est installé et garantit  une autonomie énergétique au Campus C,  comme c’était déjà le cas aux Campus A et B avec le premier groupe électrogène.
Mais l’effort d’amélioration du cadre de travail  des personnels administratifs s’est également intensifié, avec l’acquisition de nouveaux mobiliers et la climatisation dans un plus grand nombre de bureaux. Les étudiants aussi ont bénéficié de l’arrivée d’un nouveau bus Coaster flambant neuf, qui est venu compléter l’importante flotte de matériel roulant déjà existante.

-      S’agissant de l’administration pure

L’apprentissage des procédures par les responsables nommés dans le cadre du nouvel organigramme s’est poursuivi tout au long de l’année avec les conseils sages, éclairés et incessants du Conseiller Technique, le Dr NIDA II Elie, qui, tel un bon moniteur d’auto-école, après avoir enseigné la théorie de la conduite, se met à côté de son apprenant au volant, pour lui rappeler chemin faisant ou se trouve la pédale de l’accélérateur ou celle du frein. Cette assistance quasi permanente a permis d’effacer progressivement les lacunes juvéniles de notre administration et un meilleur suivi des activités.

La mise en place des tableaux de service pour la programmation des périodes de travail s’est généralisée, et a permis ainsi de couvrir de façon de plus en plus efficace, la totalité des activités de notre institution qui, faut-il le rappeler, se déroulent désormais de lundi à dimanche entre 8 heures et 21 heures trente.

Nous relèverons enfin sur ce chapitre que c’est en 2011, que par une politique prudente et participative, la direction de notre institution a réussi à contenir la fougue redoutée des enseignants, en gérant avec tact, le problème de l’imposition des revenus devenu obligatoire du fait de la loi, et d’entamer la migration des salaires de tous les personnels vers les institutions financières de la place.

BRAVO Monsieur le PDG

Dans le domaine académique, de la recherche et de la coopération

L’offre de formation s’est encore densifiée en quantité et en qualité ; avec notamment  l’ouverture de deux Masters dont l’un en Télécommunications et Réseaux, et l’autre en Comptabilité Contrôle et Audit ; tous les deux sous la tutelle académique de notre partenaire de toujours,  j’ai nommé l’Université de Dschang.

Cette nouvelle victoire qui vient grossir les rangs des précédentes en terme de conventions signées non seulement avec cette même université de Dschang, mais aussi avec les universités françaises de Montpellier 1, de La Rochelle et de Haute Alsace, n’est rien d’autre que la matérialisation d’une coopération forte, qui s’est renforcée au fil du temps. La réflexion pour la structuration et l’intensification de l’activité de recherche dans nos campus s’est poursuivie. Les premières fleurs qui apparaissent promettent de bons fruits.
Il n’est pas superflu de signaler l’intense activité tout au long de l’année, et en partenariat avec l’Université de Buea, autre partenaire stratégique de longue date, qui devrait logiquement aboutir sous peu, à l’ouverture à l’IUG de trois licences professionnelles dans le domaine des sciences de la santé. Il s’agit des licences professionnelles en soins infirmiers, Techniques de laboratoire et kinésithérapie.

En terme de coopération toujours, 2011 a battu tous les records de visites dans nos campus. En dehors de la visite de son excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur, nous avons accueilli en tout 12 enseignants visiteurs français et quelques-uns des plus illustres enseignants camerounais à l’instar des Professeurs François KAMAJOU et Pierre Jonathan BIKANDA.

Dans le domaine social, sportif et de la communication

Si notre institution connait aujourd’hui un rayonnement qui dépasse de très loin nos frontières nationales, c’est le résultat d’une communication efficace et efficiente, qui a permis de maintenir dans la mémoire populaire, l’image de l’IUG comme celle d’une institution où le travail et la discipline, sans prendre le pas sur le confort et la qualité des enseignements, sont tous les maitres mots.  

Toujours dans le domaine de la communication et du sport, plusieurs évènements annuels, de mieux en mieux préparés, avec une organisation plutôt maitrisée, complètent le tableau fort reluisant d’une communication riche ; je veux parler de la semaine de la jeunesse, de la participation aux différents  défilés, celui des jeunes, celui des femmes comme celui de tous les travailleurs, qui d’année en années, connaissent un succès retentissant.

Mais je veux aussi parler de notre participation aux Jeux Universitaires 2011 à l’Université de Dschang, baptisé comme par enchantement mais de manière pertinente, comme si on parlait du Complexe universitaire ESG-ISTA-ISA promu IUG, Jeux universitaires de la catapulte vers l’émergence. Ces jeux nous ont en effet installés  définitivement dans le peleton de tête des universités camerounaises, avec l’occupation du rang plus qu’honorable de 4ème au classement général, devant plusieurs universités et institutions publiques.
A cette expédition, notre institution a glanée à elle seule :

-      8 médailles en or
-      3 médailles en argent
-      5 médailles en bronze
-      Les trophées du meilleur fan club, des meilleurs joueurs et équipes de tennis de table.

Sur le plan social, la politique de formation du personnel, soutenue par le PDG, et que le personnel tout entier avait accueilli avec beaucoup de ferveur et d’enthousiasme, a continué à produire parmi nous, de nombreux diplômés de l’enseignement supérieur. Ainsi, plusieurs lauréats se sont ajoutés en 2011 à la  demi-douzaine de BTS et HND, la dizaine de Licences Professionnelle nationales, et  les 6 MASTER en Administration des Entreprises de l’année 2010
.
 Toujours sur le plan social, l’acquisition du nouveau bus coaster a permis l’élargissement du réseau de ramassage gratuit des étudiants vers le quartier Bonamoussadi , soulageant encore plus d’étudiants pour leur déplacements vers les établissements. La régularisation des primes d’ancienneté de tous les personnels avec effet rétroactif depuis leurs recrutements respectifs, a contribué à décrisper l’atmosphère et a permis de démarrer la nouvelle année académique sur des bases plus justes.

Monsieur le Président Directeur Général,

Nul ne saurait prétendre faire à une occasion comme celle-ci un bilan complet et détaillé d’une année entière de fonctionnement de cette gigantesque machine qu’est devenu l’IUG. Les grandes réalisations faites en 2011 qui viennent d’être évoquées ici vous honore,  Monsieur le PDG,  et renforce notre fierté d’être à vos côtés dans un navire que vous conduisez à bon port.

Recevez ici les remerciements et la gratitude sans réserves du personnel qui vous encourage à continuer sur votre élan de générosité qui n’étonne plus personne ; tellement nous sommes habitués à rencontrer auprès de votre illustre personne, en temps de bonheur comme en temps de malheur, une sollicitude sans faille et sans cesse renouvelée.

Excellence,
Si l’avènement d’une nouvelle année doit constituer davantage une bouffée d'espoir pour tous, elle donne aussi l’occasion de s’arrêter sur d’éventuelles insuffisances et pour essayer changer ce qui n'allait pas.

Aucune œuvre n’étant parfaite, je voudrais vous rassurer que nous sommes tous conscients, qu’il reste à relever de nombreux défis qui interpellent chacun d’entre nous et nous tous pour soutenir la croissance et nous maintenir au sommet. Pour cela nous devons travailler sans relâche et entretenir entre nous un climat sain empreint de convivialité, d’amitié et de concorde fraternelle. Il s’agit de bannir définitivement les intrigues et l’esprit de clan pour se fondre une fois pour toutes et de façon irréversible dans le moule du progrès collectif et de l’esprit d’équipe. Ce n’est qu’ainsi, ensemble, que nous allons consolider en 2012, les fondements inoxydables et inaltérables de la mutation historique de l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée, vers l’Université du Golfe de Guinée.

Pour ce qui est de nos attentes vis de l’institution,

Nous sommes convaincus que, lancé dans cette aventure exaltante et noble, vous ne ménagerez aucun effort pour que la dynamique de modernisation des infrastructures et du management dans laquelle vous vous êtes engagé depuis plusieurs années, connaisse son aboutissement.  Et que, pour ce faire,

  • Vous continuerez certainement l’amélioration du cadre de travail avec la climatisation dans tous les bureaux et un mobilier plus adapté, et à recruter non seulement pour pourvoir à tous les postes de notre organigramme, mais aussi pour permettre un meilleur encadrement des étudiants dont le nombre croit d’années en années;
  • Les jobs description et le règlement intérieur, sortiront définitivement des placards et seront diffusés. Mais, nous savons aussi que l’affiliation à la CNPS deviendra automatique pour tous les personnels et que, les délais trop long du statut de stagiaires seront ramenés à de meilleures et justes proportions ;
  • Vous internaliserez certainement et  encore davantage, la logique de la saine concurrence, de la compétitivité, de la gestion axée sur les résultats et surtout de la gestion participative ;
  • Vous Continuerez à coup sûr la  revalorisation des rémunérations en général, mais en particulier la mise en place d’une formule plus rationnelle et plus juste pour la prise en compte des surcroits de travail et des missions;
  • Et bien d’autres choses qui pourraient améliorer de  manière sensible le cadre et les conditions de travail.

Monsieur le Président Directeur Général,

Il est dit dans la BIBLE au Psaume 126 que : « si l’Eternel ne bâtit la maison, c’est en vain que peinent les bâtisseurs ; si l’éternel ne garde la ville, en vain la garde veille » vous êtes un grand bâtisseur et vos œuvres s’imposent car à travers vous, c’est l’Eternel qui bâtit.

Puisse donc le Seigneur tout puissant faire pleuvoir en abondance nos meilleurs et fervents vœux de bonne santé, de bonheur, et de réussite, sur vous et à tous ceux qui vous sont chers, tout au long de l’année 2012.

HAPPY NEW YEAR TWOO THOUSAND AND TWELFE
Mister President!
Vive l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée et son Président Louis Marie DJAMBOU.

Je vous remercie.

 La réponse du PDG
Monsieur l’Inspecteur Général,
Monsieur le Conseiller Technique,
Mesdames et Messieurs les Directeurs Centraux,
Monsieur le Directeur de l’Ecole Supérieure de Gestion,
Monsieur le Directeur par Intérim de l’Institut Supérieur des Technologies Avancées,
Madame et Monsieur Les Directeurs Adjoints,
Mesdames  et Messieurs les Chefs de Département et leurs assistants
Madame la Coordonnatrice de l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Service,
Monsieur le Coordonnateur des Activités Sportives
Très Chers Collègues du Cabinet ACF
Mesdames et Messieurs les Enseignants,
Très Chers Invités,
Très Chers Collègues,

Monsieur l’Inspecteur Général, avec des mots étincelants comme des perles, vous m’avez statufié de manière très affectueuse mais sans nul doute de manière hyperbolique.
Je vous en remercie.
Néanmoins, il me plait de rappeler  n’en déplaise à votre modestie, que vous êtes cet aide de camp inspiré et fidèle, qui appuie au quotidien le modeste objet de la volonté de Dieu que je suis, et dont les grande réalisations  tantôt  énoncées, ne sont que la résultante d’une œuvre collective dont je ne peux en aucun cas,  accepter seul la totalité du mérite.
Monsieur le Conseiller Technique
Vous vous acquittez avec dévouement et efficacité de vos missions. Je vous encourage et vous demande de vous impliquer toujours davantage dans la résolution des problèmes épineux qui se posent dans notre jeune institution, notamment en ce qui concerne la consolidation du dialogue professionnel et  la recherche  permanente de la qualité.
Mesdames et Messieurs les Directeurs Centraux et les Chefs d’Etablissements,
Vous tenez avec fermeté les gouvernails des trois navires,  qui naviguent sur les mers tumultueuses de nos campus. Parce que vous mettez en œuvre, au quotidien, nos idées et nos espoirs, parce que vous gérez avec beaucoup de maestria nos blocs pédagogiques, salles informatiques, ateliers, et bureaux, vous contribuez de façon décisive, à bâtir, la première université privée laïque de notre cher et beau pays le Cameroun.
Tout en vous félicitant, je saisis cette occasion pour vous demander une fois de plus d’encourager encore et toujours davantage la logique de la saine concurrence, de la compétitivité, de la gestion axée sur les résultats et de la gestion participative.
Ce n’est qu’ainsi que vos collaborateurs, qui abattent au quotidien, une œuvre titanesque, continuerons de vous soutenir.
Mesdames et Messieurs les Chefs de Départements avec toutes vos équipes, jusqu’ici, votre dévouement sans faille et votre esprit constructif, nous ont permis de placer l’IUG à son niveau actuel. Il n’est pas superflu de rappeler que la semaine dernière encore, votre sens du sacrifice à contribuer de façon décisive aux dépôts des dossiers de nos étudiants pour la session en cours des examens nationaux.
Je saisis cette occasion pour vous remercier du fond du cœur de votre contribution, et vous encourage à continuer sur la même lancée.
Comment oublier le rôle du sport dans notre institution, là où la jeunesse pétille d’ingéniosité et de force.
Très chers encadreurs sportifs avec à votre tête le Coordonnateur des Activités sportives Monsieur TSAGUE Christian, Sans vous, l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée ne serait certainement pas aussi connu, et ne se serait certainement pas imposé dans le monde très exigent de l’enseignement supérieur.
Mesdames et Messieurs, les responsables et collaborateurs,
Vous êtes de tous les combats. Vous menez avec détermination la bataille de la modernisation de l’IUG. Vous évitez les écueils de toute nature et vous relevez fièrement la plupart des défis. Soyez-en remercié de tout cœur, mais ne dormez pas sur vos lauriers, car le champ de  bataille  est immense et délicat, avec l’accroissement des besoins de formation professionnelle et continue.
Pour ce qui est de vos attentes,

je vous ai compris.  

Et comme d’habitude, soyez assuré que je ne ménagerai aucun effort pour trouver une issue favorable à chacune de vos doléances.
Vive l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée,
Vive l’enseignement supérieur,
Vive le Cameroun et son prestigieux Chef, S.E Paul BIYA,
 Je vous remercie.